Témoignages


Témoignage d’Arielle M. :

PENTAX Image

Chers amis,

    C’est avec émotion qu’il faut que je me remémore notre première rencontre il y a tant d’année maintenant fin 2006.

  Mon oncle Georges était né à Madagascar et désirait y retourner un jour….pour ma part je désirais parrainer des enfants dans le besoin sans passer par une association plus désireuse de sa célébrité que du bien-être des enfants.

le cloaque de majuncombo Tananarive

    En décembre 2006 , j’ai lu dans la dépêche un article parlant des diverses associations qui participaient au marché de Noël de Carbonne, et il y avait une association en lien avec Madagascar. Je suis venue vous voir, il faisait un froid épouvantable mais pas de pluie, il y avait des acheteurs, je suis restée tenir l’étalage avec vous et vous m’avez expliqué votre passion…. J’ai été conquise….et j’ai participé du mieux que j’ai pu à l’association.

une école de la ville haute de tananarive    Dés 2007, j’ai eu la joie de pouvoir parrainer mon premier enfant Hérétriana, un petit orphelin. J’ai essayé de vous aider lors des ventes de l’artisanat qui permet d’avoir un peu de revenus pour les enfants.

En octobre 2007, nous sommes partis avec mon oncle à Madagascar pour lui avec l’immense joie de revoir la terre où il était né et où il avait vécu jusqu’à l’âge de 15 ans, pour moi avec l’espoir extraordinaire de pouvoir serrer dans mes bras mon petit filleul.

PENTAX Image

Nous avons été tous les deux comblés. L’entraide extraordinaire des sœurs et du personnel du centre m’a permis de réaliser mon espoir ….Non seulement j’ai pu embrasser mon petit filleul mais je revois souvent la surprise et le bonheur dans ses yeux  quand je lui ai dit qui j’étais. Il nous reste au travers des années comme une complicité même si nous ne nous sommes jamais revu, j’ai vu sa classe et ses copains de classe, son quartier son lieu de vie.

PENTAX Image

      En 2008, le centre ayant retrouvé les frères et sœurs d’Hérétriana, je les ai parrainé tous les quatre Wilson, William, Hotencia et Claudine.

     Le projet de retourner à Mada en 2009 a avorté à cause des événements, puis après, la vie m’a durement touchée. J’ai dû être moins active auprès de l’association mais c’est toujours avec un immense plaisir quand je passe par Carbonne que je viens dire bonjour et vous serrer tous dans mes bras.